Se déplacer en voiture

Envoyer par email Imprimer Partager sur facebook Partager sur twitter
-A +A

La mobilité reste un réel facteur d’inclusion et de lien social et devient une nécessité lorsque l’on travaille ou que l’on étudie. Depuis la loi du 11 février 2005 portant l’accessibilité universelle et l’avènement de la PCH, les déplacements d’une personne en situation de handicap peuvent s’envisager plus aisément tant pour elle que pour son accompagnateur, le cas échéant.

 

PASSER SON PERMIS DE CONDUIRE

L’aptitude à la conduite dépend du type de  handicap dont le conducteur est atteint :

  • Le handicap physique. Dans de nombreux cas, il autorise des aménagements de véhicule pour pouvoir conduire ou continuer à conduire.
  • Le handicap visuel. Il existe un seuil d’acuité minimum requis pour conduire un véhicule. Une visite de contrôle chez un ophtalmologue permet d’évaluer l’acuité visuelle.
  • Le handicap auditif. Sauf avis contraire, il n’y a pas d’incompatibilité entre déficience auditive et pratique de la conduite. Des épreuves aménagées sont prévues pour les candidats sourds ou malentendants.
  • Le handicap mental ou cognitif. Un avis médical doit déterminer si la personne est apte à conduire.

Vous devez, avant de vous lancer dans l’apprentissage de la conduite, avoir pris connaissance des différentes étapes obligatoires pour passer l’examen final :

  • Tous les candidats au permis de conduire qui ont des problèmes de santé doivent passer une visite médicale par un médecin agréé par le Préfet. Ce dernier doit vous avertir de l’objectif du contrôle qui est de définir votre aptitude physique à conduire ainsi que vos capacités cognitives et sensorielles et de définir les aménagements du véhicule qui seront nécessaires. A ce titre, il peut vous demander d’effectuer des examens complémentaires. Ces visites sont payantes, sauf pour ceux qui présentent un taux d’invalidité supérieur ou égal à 50% quelle qu’en soit la nature et pour ceux qui sont déjà titulaires du permis de conduire.  Afin de vous présenter à la visite médicale, vous devez télécharger ou vous procurer en préfecture deux documents : l’avis médical : Cerfa n°14880*01, et le formulaire de demande de permis de conduire  Cerfa n°14948*01 que vous devrez pré-remplir avant de passer la visite médicale. A l’issue de cette visite, si le médecin juge que vous êtes apte à conduire, vous devez attendre la notification de la décision du Préfet pour poursuivre vos démarches.
  • Les leçons et examens doivent être accessibles aux personnes en situation de handicap. Vous devrez ensuite choisir une Auto-école spécialisée disposant de véhicules adaptés. Consultez cette liste dans notre rubrique Liens Utiles. Il est aussi possible d’apprendre sur un véhicule personnel adapté. Ce véhicule aménagé servant à l’apprentissage et l’examen doit :
  • être en circulation depuis dix ans au plus ;
  • Comporter une doublecommande de freinage ;
  • Comporter un dispositif de rétrovision additionnel extérieur et intérieur, si le véhicule le permet ;
  • Comporter une doublecommande de direction en l'absence de volant pour le conducteur.
  • Selon le type de handicap dont vous souffrez, certains aménagements pour les leçons et l’examen final peuvent être mis en œuvre. Il est par exemple prévu des sessions spécifiques de l’épreuve pour les personnes malentendantes ou sourdes, ou encore celles pour qui le handicap moteur rend impossible leur participation à une séance traditionnelle.

A noter enfin que le titulaire d’un permis adapté au handicap, doit conduire un véhicule spécialement aménagé conformément aux prescriptions mentionnées sur le permis de conduire délivré par la préfecture.

ADAPTER SON VEHICULE

Lorsque l’on souffre d’un handicap,  Il s’avère parfois incontournable d’envisager l’adaptation de celui-ci ou de profiter du changement de ce dernier pour choisir des options, aujourd’hui largement répandues, rendant la conduite ou les stationnements plus aisés. Le type d’adaptation à prévoir sera mentionné sur son permis de conduire. Le ou les aménagements sont réglementés et soumis au contrôle de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

Une personne handicapée, qu’elle soit conductrice ou passagère, peut déposer une demande de Prestation de Compensation du Handicap (PCH) à la MDPH pour aménager le véhicule utilisé habituellement. Le dossier doit être déposé avant le passage devant la commission médicale de la Préfecture ; la personne a un délai d’1 mois pour réaliser les aménagements une fois le permis modifié. Sous réserve d’éligibilité, la PCH peut prendre en compte l’aménagement du poste de conduite (frein accélérateur au volant, boîte automatique, coffre de toit, grue de coffre…), ou des aménagements tels que le décaissement du véhicule, une rampe ou un hayon élévateur. Le montant est plafonné à 5 000 € pour 5 ans. Les salariés peuvent faire appel à l’Association de Gestion du Fonds pour l'Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH) ou au Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP)

UTILISER LES PLACES DE STATIONNEMENT RESERVE

La carte européenne de stationnement, la carte d’invalidité et la carte de priorité pour personnes handicapées sont trois cartes qui permettent à leurs détenteurs de faciliter leurs déplacements et stationnement. À compter du 1er juillet 2017, la file-iconCMI (carte mobilité inclusion)-PDF (77.75 Ko) remplace les anciennes cartes. Les droits accordés sont les mêmes que les droits accordés par les anciennes cartes. Trois mentions sont possibles sur la CMI : « priorité », « invalidité » et file-icon« stationnement ».-PDF (302.12 Ko) La détention de cette carte vous permet d’utiliser les places de stationnements réservées aux personnes à mobilité réduite. Sachez que cette carte est attachée à son détenteur et non à un véhicule en particulier. Par ailleurs, le fait de détenir cette carte ne dispense de s’acquitter du tarif de stationnement en vigueur.  Pour connaitre les démarches à effectuer consultez notre fiche « Carte Mobilité Inclusion » dans le guide des aides et télécharger file-iconla fiche pratique-PDF (67.78 Ko) proposée sur cette page.